Mr. Le Cdt. Descoudrelles (1764)
« … Nous réclamions autrefois la propriété entière de ce port, mais les hollandais qui ne perdent jamais leurs intérêts dessus, trouvèrent moyen, sous le gouvernement de Mr le marquis de Champigny, de réduire nos prétentions à la mitoyenneté de ce carénage, encore qu’il fut réglé que l’entrée de ce port serait commune aux deux nations, et que l’intérieur en serait supposé partagé par une ligne tirée de l’embouchure à un rocher qui est dans le bassin. Cette ligne est tracée sur le plan de St-Martin. »

« … Les Hollandais n’ont jamais demandé et ont toujours éludé de vouloir fixer des bornes, soit qu’ils ayent craint d’affaiblir, par un partage authentique leur ancienne prétention sur la totalité de l’île ou soit qu’ils eussent prévu les facilités qu’ils auraient à s’agrandir pendant les divers intervalles de temps où nous avons été forcés d’abandonner St-Martin. Ces empiètements successifs sur le terrain dont nous avons joui autrefois ont été et son encore la source de mille difficultés qui naissent à tout moment. »

Cdt. Militaire Saint Juery (fev1815)
« … Nous avons la mitoyenneté de ce carénage dont l’entrée est commune aux deux nations. L’intérim est séparé par une ligne supposée tirée de son embouchure à un rocher remarquable qui est sur le bord supérieur du bassin. »

Rapport Mr. D.C.van Romondt junior (1883)
“… Ainsi qu’un quart du bassin appartient aux Hollandais, le reste aux Français, … »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cartes